Estimer votre OR Cours de l'or
Accueil >> paris Presse >> Le Monde nous cite -le plus généreux- : PARIS !

cliquez sur les images pour les agrandir

Le Monde nous cite -le plus généreux- : PARIS !

 

Article anti arnaque dans le journal Le monde

Notre reporter a voulu prendre au mot les offres publicitaires en testant plusieurs officines

Consommation

Article vu et lu dans le journal LE MONDE du 5 NOVEMBRE 2011

Que faire de bijoux en or cassés ou démodés ? Puisque le cours de ce métal atteint des sommets, pourquoi ne pas les vendre ? Les publicités incitant à s'en défaire foisonnent dans les journaux ou à la télévision. Attention cependant aux arnaques. Comme il n'y a pas de prix officiel de l'or, en France, mieux vaut prendre quelques précautions.

Prenons par exemple un bracelet et une paire de boucles d'oreilles, d'un poids total de 11 grammes. Le prix peut en être évalué sur Internet : le cours international de l'once figure, en dollars, sur le London Bullion Market Association (Lbma.org.uk) ; le cours de référence français est, lui, publié chaque jour à 13 heures par l'établissement de crédit Cpordevises.com Le prix du lingot, qui pèse 1 kg (39 382 euros par exemple, fin octobre), permet de calculer celui du gramme (39,30 euros). Toutefois les revendeurs ne proposeront pas 39,30 euros le gramme, car l'or des bijoux est très souvent mélangé à du cuivre, de l'argent ou du nickel.

Le bracelet et les boucles d'oreilles comportent un poinçon à tête d'aigle, attestant qu'ils sont faits d'un alliage de 18 carats, donc qu'ils contiennent 75 % d'or fin. Pour avoir une idée de leur valeur, il convient de multiplier le prix du gramme (39,30 euros) par leur poids (11 grammes), de multiplier le résultat par 75 puis de le diviser par 100. Nous obtenons la somme de 324,20 euros, dont il faut encore déduire les taxes de 8 % sur les bijoux destinés à la fonte (7,5 % de taxe sur les métaux précieux et 0,5 % de CRDS), ce qui donne 298,26 euros, soit 29,80 euros le gramme.

Proposé à différentes officines parisiennes faisant de la publicité dans les journaux, le lot a été évalué à des prix très divers, allant de 17 euros le gramme sans les taxes (!) à 24 euros taxes comprises. Le plus généreux est le Comptoir universel de l'or, avenue des Champs-Elysées. L'adresse est prestigieuse au cinquième étage d'un immeuble. Un jeune homme reçoit en tête à tête et nous signe un chèque de 268 euros après avoir pris notre pièce d'identité. Il explique qu'il n'a plus le droit de verser d'espèces, depuis le 1er août, l'administration fiscale souhaitant exercer ainsi un meilleur contrôle.

La marge de 30 euros, entre le prix de 298 euros attendu et le chèque de 268 euros, se justifie par les frais de fonte (4,40 euros pour 11 grammes) et les 2 % de commission généralement pratiqués, explique le gérant, Patrick KAISERLIAN, bijoutier à Marseille. Surtout, il affirme qu'"il ne récupère pas 75 % d'or sur un bijou de 18 carats, mais seulement 700 millièmes" et qu'il faut donc refaire nos calculs. Dommage que les acheteurs n'affichent pas ces détails...

Si l'on vend de l'or à distance, mieux vaut comparer les prix de rachat des différents sites Internet. GoldBygold.com les affiche sur sa page d'accueil. "Quand un opérateur n'affiche pas ses prix, c'est qu'il n'en est pas fier", explique Patrick Schein, le patron du site.

D'autres sites n'offrent pas la même transparence, et, comme par hasard, leurs montants de rachat sont beaucoup plus faibles. Les magazines Que choisir et 60 Millions de consommateurs ont reçu de nombreuses plaintes concernant OrPostal, acheteur d'origine britannique, situé sur le paradis fiscal de l'île de Man, qui fait beaucoup de publicité à la télévision. Une lectrice du magazine de l'Institut national de la consommation indique que "pour 40 grammes d'or, on (lui) a proposé 96 euros, soit 2,40 euros le gramme", alors que le cours tournait autour de 30 euros. Comme elle a protesté, OrPostal lui en a proposé 198 euros, soit 4,95 euros le gramme.

En moyenne, ses évaluations sont "trois à cinq fois moins élevées que celles des concurrents affichant les prix", écrit 60 Millions de consommateurs, dans son édition de novembre. Pour Que Choisir, le fait de ne pas afficher ses prix de rachat est "un piège" : en cas de déception, "par peur de ne pas récuperer ses bijoux, le client préfère conserver l'argent viré sur son compte, même si l'offre est faible". Le service de presse d'OrPostal assure qu'afficher le cours du rachat de l'or serait une "pratique de désinformation" : "Tant que les bijoux n'ont pas été expertisés, personne ne peut prétendre connaître le poids et la finesse des objets." Il suffit pourtant d'une balance un peu précise...

Autre site dans le collimateur des magazines de consommateurs, CVA Direct, pour les mêmes raisons. "Nos tarifs ne sont pas fixés au gramme, car ils dépendent des caractéristiques du lot qui nous est confié - poids global, répartition des carats, et... fidélité du client", explique le directeur général de CVA France, Fréderic Danniel.

Dans tous les cas, c'est aux vendeurs qu'il appartient de dire non, s'ils estiment que l'on se moque d'eux.

Lire

 

l'article dans le Monde en cliquant sur: vendre son or

 

achat or paris champs élysées 75008

 

 

Remonter haut de page